AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur KOMD
Bonne st valentin à tous !
L'animation débute ici, que le meilleur gagne !
Pas encore inscrit à l'animation ? Viens vite nous rejoindre ici
Une soirée CB est prévue le 20 février à 20h45 !

Partagez | 
 

 Koh Lanta commence! (Charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Koh Lanta commence! (Charlie)   Jeu 23 Avr - 20:28


On ne devrait jamais sortir indemne d'une rencontre, ou du moins en sortir inchangé.  Charlie Erikson & Billie Wayne

Koh Lanta commence

« - Passe un bon séjour à Belle Fleur Billie » C’était une blague ? Mon père ne venait pas de me dire ça ? C’était de l’ironie ? Vu son regard convaincu, ce n’était pas le cas. Bien…. Alors si je partais comme toutes mes vacances à Malibu, oui j’aurais passé un super séjour. Mais là….Ca sera tout sauf possible. Je fixai alors mon père et ma mère avant de m’exclamai « - Arrêtez de faire comme si c’était mon choix. Je pars là-bas car vous n’avez pas été capable d’être présents pour moi ! » Ma mère soupirait et mon père me foudroyait des yeux. Je tenais son regard. Si avant j’avais peur de ses colères, maintenant je m’en fichais. Je n’avais plus rien à perdre de toute manière. Il serra les dents pour contenir sa colère. Il ne pouvait pas être mal perçu à l’aéroport. « - Billie… Je te préviens, ne commence pas à faire une scène en public » J’ai commencé alors à parler plus fort pour capter l’attention des passants. J’accompagnai mes paroles avec des grands gestes. Mon ton se voulait noble« - Excusez mon impertinence Père. Je ne voulais pas vous importuner en vous traitant vous et vos MERVEILLEUX amis d’hypocrites. Notre milieu de vie et accessoirement notre ménage est loin d’être si parfaite. ! » Accompagné d’une révérence. C’était trop pour mon père. Sa main brûlait et ma joue devait être le bon remède pour cela. Mais là devant les postes de contrôle, il se contrôlait. Toujours de la paraître avec eux… Je soupirais et sans même leurs dires au revoir, je partais vers mon avion. De toute manière ma relation avec mes parents étaient coupés et je ne pouvais plus rien y faire.

Après avoir acheté un magazine féminin, j’embarque dans l’avion. Ils n’ont même pas voulu m’acheter une place classe VIP. Non, je voyageais comme le commun des mortels. Comment mon père s’est excusé? En me disant qu’il fallait que j’apprenne les vraies valeurs. Certes, mais il fallait peut être me les apprendre avant mes 17 ans non ? Enfin le résultat est que je suis à côté de deux gamins. Un qui n’arrêtait pas de pleurer car il avait peur de l’avion et l’autre qui ne savait pas compter jusqu’à dix d’après son petit ordinateur bruyant pédagogique. Où étaient leurs parents pour que je les tue ? Derrière… En train de se picoter. Génial ! Le voyage risquait d’être long. Je me plongeais alors dans mon magazine et son horoscope qui me conseillait d’être plus simple et tolérante. Même eux s’y mettent !

« - Votre avion va atterrir à Belle Fleur dans 10 minutes » Quoi ? J’étais où là ? Je m’étais assoupie. Où était mon magazine ? Les gamins me regardèrent fascinés avec ma revue dans les mains. « - Madame… C’est quoi un plan à trois ? » Ah… Oui… Ils étaient à la rubrique sexo. Je repris mon magazine et avec un sourire sarcastique je leurs répondis. « - Demandez à vos parents, ils sont là pour ça normalement. » Puis je me suis mise à m’étirer. J’avais mal au dos et au cou. Les fauteuils en deuxième classe n’étaient pas du tout confortables. On n’avait même pas la place d’étirer les jambes. Après avoir fait un tour dans les toilettes pour être un minimum présentable, je suis retournée à ma place pour m’attacher. Ca y est. Le moment était venu pour moi de découvrir Belle Fleur. C’était quoi ce nom débile ? On dirait une ville de Pokemon…

Je descendis de l’avion. D’après mon paternel, quelqu’un devait venir me chercher. Après avoir récupérer mes bagages, je suis allée dans la salle d’accueil. Un rouquin avec une pancarte m’attendait. Ca devait être lui…Bon… Pour un baby-sitter, ça pouvait être pire. Il était assez mignon quand même. Mais ce n’était pas pour autant que j’allais être gentille avec lui. J’avais 17 ans. Je n’avais pas besoin d’être surveiller. Munie de mes lunettes de soleil, je me dirigeai vers lui avec nonchalance. J’ai laissé tomber mes bagages devant lui. « - Billie Wayne, la fille de ton patron. Je te préviens tout de suite, je n’ai pas envie d’un baby-sitter » Je me dirigeai vers la sortie sans même ramasser mes bagages. De toute manière il devait être l’homme à tout faire que mes parents ont engagé sur place. Au niveau des portes, je me suis retourné. Le rouquin me regardait avec des yeux ronds. J’ai croisé les bras en soupirant « -Bah alors ? Mes bagages ne vont pas se porter tous seuls ! »

(c) crackle bones

Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Koh Lanta commence! (Charlie)   Sam 25 Avr - 17:58

-QUOI ?
-Elle t'attend à l'aéroport Charlot, magne toi et prend ta voiture !
-Mais j'suis pas baby sitter arrêtez de vous foutre de...
-Et avec un coup de pied au cul t'y vas ?

Charlie en avait absolument ras le bol. Ce type, une espèce très rare de campagnard avec un pois chiche à la place du cerveau (quoi que pas si rare finalement) le menait par le bout du nez depuis qu'il l'avait engagé il y a quelques années. Au début, il était l'homme à tout faire, il ne se chargeait QUE des corvées et du nettoyage dans le ranch. Mais quand le gérant l'a vu dresser un poulain pour la première fois de sa vie avec une facilité déconcertante, il a décidé de lui laisser un peu plus de place. Il n'avait pourtant jamais cessé de le traiter comme le gamin qui était venu tout au début.

Le cavalier prit son volant et se dirigea vers l'aéroport où la petite l'attendait. Cette situation le dépassait complètement... Déjà, il détestait les citadins, avec leur manières superficielles et leur airs de « jesaistoutsurtout ». Alors une gamine, fraîchement débarquée de NEW YORK, la capitale de la prétention, il allait vite en avoir marre. Des adolescentes cinglées il en voyait tout les jours à Belle Fleur. Elles se prenaient déjà pour des adultes, alors qu'elles n'étaient que des chieuses qui passaient leur temps à s'envoyer en l'air pour la plupart. On lui avait vaguement décrit le caractère de Billie étant donné qu'ils allaient tous l'avoir sur le dos un bon moment et vu le spécimen, il n'était pas si étonnant que ses parents aient souhaité s'en débarrasser. Rien qu'à cette réflexion Charlie sentit comme un pincement au cœur. Ses parents l'avaient abandonnés lui aussi. Il n'avait rien fait de mal, un simple bébé qui venait à peine de voir la lumière du jour, mais le jeter avait pour eux était la solution la plus évidente.

Qu'est ce qu'il avait eu du mal à trouver le bon avion ! Sérieusement, c'était quoi ce labyrinthe métallique ? Ils savent pas ce que c'est que le bois en ville ? Ils devaient avoir sacrément peur des pyromanes. C'est qu'il y en a des fous furieux par ici. Ça doit être la lumière artificielle. Ou le fait d'essayer de retrouver son chemin, ça donne des envies de meurtre parfois. Avec sa chemise un peu poussiéreuse et son stetson sur la tête on ne pouvait pas le rater, et aux petits regards inquiet qu'on lui lançait il répondait par un sourire. Ils n'avaient peut-être jamais vu de type aussi stylé dans le coin. Il n'y avait qu'à voir comme tout le monde était saucissonné dans ces espèce de costumes de travail austère.  

Il sortit une cigarette qu'il alluma et la foule autour qui attendait les passagers du vol New-York/Belle Fleur (sérieusement combien de personnes pouvaient faire un trajet aussi inutile) se mirent à le scruter avec méchanceté cette fois ci. Il leva les sourcils. Il avait fait quelque chose de mal ? Sûrement le briquet.

-Vous inquiétez pas, j'compte pas foutre le feu à quelqu'un.
-Monsieur c'est interdit de fumer ici je vous prierais...


Charlie lâcha sa cigarette et l'écrasa par terre avec son pied. Il sourit de toute ses dents et pencha la tête sur le côté.

-Mieux ?

Ahh les passagers commençaient enfin à descendre. Il leva la pancarte à la con avec écrit « Bienvenue à Belle Fleur Billie » bien que ce fut plutôt « Tu peux venir mais essaye de pas trop nous emmerder ! ». Une jeune fille s'approcha de lui et il la détailla. Elle avait un petit visage et des sourcils très épais qui lui donnaient un air de super-grincheuse. La bouche fine, si mince qu'en soulevant son tee shirt il ne douta pas un instant qu'on puisse voir ses côtes, c'était certain elle n'était pas du tout son genre. « - Billie Wayne, la fille de ton patron. Je te préviens tout de suite, je n’ai pas envie d’un baby-sitter »« -Bah alors ? Mes bagages ne vont pas se porter tous seuls ! » Mais quelle peste elle faisait... Il souleva ses bagages, non par gentillesse mais parce qu'il sentait bien que vu le poids du truc une souris comme elle ne parviendrait pas jusqu'à la voiture, et décida qu'il pourrait râler plus tard. Pour l'instant elle était dans son élément et lui il était mal à l'aise, il y avait beaucoup trop de monde.

-Je m'appelle Charlie. Moi aussi je suis ravie de te connaître Billie.

Il avait abandonné la pancarte, il posa un des bagages et il décoiffa la blondinette bien trop parfaite. Non mais il allait pas non plus lui serrer la main, elle était plus jeune que lui de presque 10 ans.

-Ma voiture c'est la bleue là bas, si sa majesté la reine des emmerdeuses souhaite s'y rendre. Pour l'instant tu peux dire ce que tu veux, très personnellement je m'en fiche royalement, d'ailleurs si tu pense que je me soucie une seconde de ce que tu peux penser ou dire de moi, tu es mal partie. Par contre quand on arrivera là bas, je déciderais et tu obéiras. Voilà, de rien pour les bagages. Maintenant dépêche toi je sais que ton cerveau doit être pourri par la pollution et par tout l'argent que papa-maman dépensent pour toi mais on est pressé ! dit-il avec une voix calme et cet air joyeux qui ne le quittait que très rarement.

C'est bon les présentations sont faites. Maintenant direction la maison, ou pour certaine, direction l'enfer sur terre.
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Koh Lanta commence! (Charlie)   Sam 25 Avr - 21:08


On ne devrait jamais sortir indemne d'une rencontre, ou du moins en sortir inchangé.  Charlie Erikson & Billie Wayne

Koh Lanta commence

Il souleva mes bagages après un petit instant. Ce n’était pas trop tôt. Mon père n’avait pas dû choisir le plus vif des postulants. Au moins j’arriverai plus vite à m’en débarrasser, c’était un bon point. Pourtant, c’était étrange. Mon père avait toujours eu ce don de s’entourer des bonnes personnes. Il n’était pas du genre à engager n’importe qui, surtout pas pour moi, sa seule héritière qui partait complètement à la dérive. S’il commençait à en avoir marre de moi, pour rien au monde il voudrait me perdre. Qui allait reprendre l’entreprise à sa retraite ? Qui allait protéger le patrimoine des Wayne ? Et même si mon paternel voulait un garçon, ma mère a été claire. Un bébé, c’était tout. Elle avait eu du mal à retrouver sa silhouette de rêve après sa première grossesse. Pas question de la déformer une deuxième fois. Alors de ce côté-là, j’étais tranquille. Pas de petit frère ou sœur en vue.

« -Je m'appelle Charlie. Moi aussi je suis ravie de te connaître Billie. » Ais-je ressentie un peu d’ironie dans sa voix ? J’ai décroché un sourire en coin. Toutefois, je l’ai vite effacée de mon visage quand ce prénommé Charlie mit une main dans mes cheveux pour me décoiffer. Vu l’état poussiéreux de sa chemise, je n’étais pas sûre de la propreté de ses mains… Geste trop familier pour un employé… Il était vraiment de plus en plus bizarre. A moins que ça soit comme cela qu’on se salue entre habitants de Belle Fleur ? Une amie, Barbara m’avait prévenue que les campagnards avaient des rituels bizarres. Sauf qu’en tapant sur google « - rituels de campagnards » avec Barbara, on n’a pas trouvé grands choses. Ils tuaient beaucoup d’animaux et dansaient souvent…. Mais après tout pourquoi pas. Les russes s’embrassaient bien sur la bouche pour se dire bonjour. Mais je n’avais pas spécialement envie de sentir trente-six mains par jours me décoiffer. C’était peut être pour cela que ce Charlie avait un chapeau ? Pour éviter ce genre d’inconvénients. Il m’avait l’air un peu sauvage…

« -Ma voiture c'est la bleue là bas, si sa majesté la reine des emmerdeuses souhaite s'y rendre. » Bon, chaque chose en son temps. Déjà on va parler de la voiture. C’est quoi ce bout de ferraille ? Elle va réussir à démarrer au moins ? Je n’avais jamais vu une voiture aussi sale. Il y avait de la terre partout… Je regardais alors l’état de la banquette. Bon… l’intérieur peut aller, bien que les fauteuils n’ont pas l’air très confortables… Ma voiture avec intérieur cuir me manquait terriblement d’un coup. Cependant ce n’est pas la voiture qui me choquait le plus. C’est les propos du rouquin. Reine des emmerdeuses sérieusement ? Pour qui se prenait-il ? J’étais son gagne-pain, il n’avait pas l’air de s’en rendre compte.

« -Pour l'instant tu peux dire ce que tu veux, très personnellement je m'en fiche royalement, d'ailleurs si tu pense que je me soucie une seconde de ce que tu peux penser ou dire de moi, tu es mal partie. Par contre quand on arrivera là bas, je déciderais et tu obéiras. Voilà, de rien pour les bagages. Maintenant dépêche toi je sais que ton cerveau doit être pourri par la pollution et par tout l'argent que papa-maman dépensent pour toi mais on est pressé ! » Avec une voix calme et air joyeux si vous plait. Ce garçon était très bizarre. Je doutais de plus en plus sur sa véritable identité. Depuis quand mon homme-à-tout-faire me commandait ? C’était plutôt le contraire. A part si mon père a poussé la blague plus loin. Après tout j’ai bien voyagé en classe éco alors peut-être qu’il ne m’a même pas engagé quelqu’un qui était à mon service. J’en avais déjà marre de ses vraies valeurs bidon ! On avait de l’argent autant en profiter.

Mais si Charlie n’était pas mon homme à tout faire… Qui c’était ? Il devait travailler au ranch forcément. Il m’avait l’air un peu jeune pour être le responsable mais on ne savait jamais. Enfin qu’il soit chef ou non ne changera absolument rien pour moi. Je n’obéissais à personne. Je faisais les choses si je le voulais, c’était tout. Arrivée à la voiture je me retourne vers lui en fronçant les sourcils. « - Ah ! On y est. Tu ne te sens plus ! En faite je pense savoir qui tu es. Je pensais que tu étais mon homme-à-tout-faire Mais c’est encore pire, tu es le petit larbin de service du ranch qui fait tout ce que son patron lui dit. Après tout je ne suis pas bien sûre que dans ta fiche de poste tu as la mission de récupérer les « emmerdeuses » comme tu dis si bien à l’aéroport. » J’accompagnai emmerdeuses en faisant des guillemets avec mes doigts « - Sauf qu’il a dû aussi te dire que tu allais me commander vu tes propos. Génial ! Pour une fois le petit Charlie va pouvoir avoir un petit peu de pouvoir. Alors tu sautes sur l’occasion. C’est typique des exploités. On leur donne un peu de pouvoir et ça devient des pseudo-tyrans. » Puis je le pointai du doigt et je l’ai légèrement poussé. « - Sauf qu’avec moi, tu es mal tombé. Je n’obéis à personne ! » J’ouvre la portière arrière. C’était une habitude. J’avais toujours un chauffeur et je montais alors toujours derrière. « - Et encore une petite chose, ne me parle pas de mes parents ! » Avant de claquer la porte de la voiture.

Mes parents étaient sûrement un des sujets les plus sensibles à mon égard. Le problème était que ce sujet était obligatoirement lié à Marguerite, ma vraie mère pour moi. C’était encore beaucoup trop douloureux, la plaie était encore trop ouverte pour en parler sans avoir la voix qui tremble. Généralement, je réussissais à répondre aux pics des gens avec un air je-m-en-foutisme  mais pas quand cela touche Marguerite. Dans la voiture, je serrai les dents. J’attendais que Charlie rentre dans cette foutue voiture pour m’emmèner je ne sais où et qu’il me laisse enfin seule.

(c) crackle bones

Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Koh Lanta commence! (Charlie)   Ven 15 Mai - 22:35

Franchement Billie... il avait capté qu'elle était chiante. Mais qu'est ce qu'elle était maligne ! En général il ne supportait pas ceux qui se prenaient pour des têtes et qui se sentaient obligés de lui rappeler qu'ils étaient mieux que lui. Charlie n'était pas stupide, loin de là, mais quand on a passé une partie de son enfance à faire l'école buissonnière on rate beaucoup de choses forcément. Enfin, elle était assez impressionnante avec ses discours moralisateurs et ses grandes théories sur lui et sur son acquisition du pouvoir. Il n'était pas intimidé, il souriait encore dans une expression presque rieuse, en haussant les sourcils à mesure qu'elle haussait le ton, et l'écoutait vider son sac avec une attention toute particulière. « - Sauf qu’avec moi, tu es mal tombé. Je n’obéis à personne ! ». Il n'a même pas été surpris par sa réaction. C'était juste pour la prévenir, jouer cartes sur table, après si elle voulait en faire qu'à sa tête c'était elle qui allait foncer droit dans le mur, et ça la regardait, pas lui. « - Et encore une petite chose, ne me parle pas de mes parents ! ». Elle avait claqué la porte comme une adolescente en furie. C'est ce qu'elle était en faite. Il se pencha vers la fenêtre et la tapota en espérant qu'elle ouvre.

-Hey hey tout doux, te mets pas dans cet état avant qu'on arrive quand même.

Si ça se trouve c'était même pas la peine d'essayer et elle était partie pour faire la gueule. En même temps quelle idée de lui parler comme ça avant même de la connaître, il était censé être l'adulte dans l'histoire ! Mais bon elle l'avait bien cherché, vous avez vu un peu le cas psychologique auquel il avait affaire ? Il soupira de façon très audible, posa les bagages dans le coffre et se mit au volant sans enthousiasme. Le trajet allait être long. Il alluma une autre cigarette, il ne fumait pas de façon aussi fréquente d'habitude, mais il avait besoin de combler le silence qui s'était installé. Charlie la regardait dans le reflet du miroir et constata que ces sourcils lui donnaient vraiment un air renfrogné. Il essaya de l'imaginer sans ce qui le fit rire.

-Tu sais, si tu ne veux pas que je parle de tes parents, j'éviterais le sujet à l'avenir. Promis.

Il souffla un peu de fumer et repris ;

-Tu peux me parler de toi si t'en a envie. C'est pas que ça m'intéresse, mais y'a au moins une heure de route d'ici à ce qu'on arrive au ranch.

La gêne eut raison de lui et il se mordilla la lèvre inférieur. Le contact était largement plus facile avec ses élèves... Peut être qu'avoir affaire à quelqu'un qui n'avait aucune envie d'être là, et encore moins avec lui, ne facilitait pas les choses.

-Si tu ne veux pas discuter de tes parents, je peux te parler des miens. J'en ai pas vraiment. Voilà. T'as faim ?

Peut être que si il arrêtait de nourrir le malaise ambiant les choses se dérouleraient de façon plus naturelle...



Spoiler:
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Koh Lanta commence! (Charlie)   

 

Koh Lanta commence! (Charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CharlIE :)) dans un beau pull rouge tricoté par Nadine :) Page 2 et 3 :)
» Joyeux Noël Charlie Brown !
» Gears Of War 3 - Parodie pour Charlie
» LBP-Lanta
» [TEST] charlie's angels (GameCube)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knocking on Mémé's door ::  :: — Les recettes de Grand Ma' :: Version 1.0 :: Archives des RPs :: Extérieur de la ville-