AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur KOMD
Bonne st valentin à tous !
L'animation débute ici, que le meilleur gagne !
Pas encore inscrit à l'animation ? Viens vite nous rejoindre ici
Une soirée CB est prévue le 20 février à 20h45 !

Partagez | 
 

 DAWDIE + Legendary Lovers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Grand ma'
t'as dans le viseur !

http://komd.forumactif.org/t798-lux-stares-at-selfies-until-they-turn-ugly-i-knew-it http://komd.forumactif.org/t810-lux-i-dont-get-texts-of-good-morning-beautiful-but-i-do-have-a-friend-who-spams-me-snapchats-of-her-dog-to-wake-up-to-so-whos-the-real-winner-here
▸ Moi c'est : Lux mais les plus proches m'appellent : Billy, Rosenbach ou Xul , ils disent que je suis quelqu'un de : chiant, une gamine insupportable, qui passe son temps à emmerder son monde. Sachez que j'ai : 23 ans et que je suis : pas difficile. , d'ailleurs mon coeur est : libre , je suis : célibataire Je réside au : quartier sud, dans un immeuble miteux. et j'occupe mes journées en tant que : revendeuse de weed et livreuse de pizza. ▸ Sur le net on me prénomme : ©smmg , mais mon vrai prénom est : Marie La célébrité sur mon avatar n'est autre que : Selena Gomez, duh ! , je remercie par la même occasion : ©smmg Je suis sur le forum depuis le : 10/03/2015 et j'ai posté(e) un tas de messages : : 409 Mes points scrabble : : 405

Champs Libre :

ABOUT LUX

"when all fades away my home will still be the same."

caractère de merde:
 


Lux est actuellement livreuse de pizza, après s'être faite virée de plusieurs petits boulots. Elle revend de l'herbe, ce qui lui permet d'arrondir ses fins de mois et de payer son loyer. Elle loue un appartement ridicule, dans le quartier Sud de Belle Fleur, dans lequel elle n'a que très peu de meuble. Elle dort d'ailleurs sur le vieux canapé qu'elle a récupéré dans une friperie. Elle consomme principalement du cannabis et du tabac. Elle ne touche pas aux drogues dures et si vous lui demandez pourquoi elle vous dira que c'est simplement parce que c'est trop cher. Son téléphone est un vieux nokia, sur lequel elle joue à snake pendant ses heures de pause. Elle conduit un vieux vespa beige qu'elle a depuis ses 16 ans. Elle se nourrit principalement de nouilles instantanées et est une grande consommatrice de thé. Le seul objet de valeur chez elle est sa télévision, qui est pourtant loin d'être de qualité, sur laquelle elle regarde ses séries préférés ainsi que bon nombre d'émissions de télé-réalités. Elle a un frère aîné, une demi-sœur, plus jeune qu'elle de quelques années, et deux demi-frère cadets qui son jumeaux. Sa mère et son beau père l'on foutu à la porte l'année de ses 21 ans. Ses parents sont d’origine mexicaine et parlaient très souvent en espagnol à la maison. Elle le parle donc couramment. Elle a gardé contacte avec ses amies de lycée et fait régulièrement la fête avec eux. Il lui arrive de voler dans les magasins (principalement de la nourriture et des produits de beauté). Elle c'est d'ailleurs faite prendre à deux reprise.



LUX ET LES GENS

TEDDY la voisine et collègue qu'elle martyrise. + MIRABELLE le plan cul régulier. + NINA la grande sœur de cœur qui la sauve de ses embrouilles. + KERRIE la jalouse. + MAKSIM le flic à qui elle fait les yeux doux pour se sortir de la merde. + KLAUS le drogué qui va lui attirer des ennuies.+ NANA la meuf qui la stalk.



Spoiler:
 



RP TIME

TEDDY + La folle course aux pizzas.
KLAUS + La lune est le soleil des statues.
NINA + A défaut de ne pas avoir d'enfant j'ai tout d'une mère.
NANA + grocery shopping.

.




MessageSujet: DAWDIE + Legendary Lovers   Sam 6 Juin - 15:18

Un samedi matin comme un autre. Je m'étais tirée du lit vers dix heure, pour me prendre un café, avant de me pauser devant la télévision avec un bol rempli de céréale. La soirée de la veille m'avait épuisé. Le petit concert que j'avais donné avec mon groupe c'était bien passé, puis l'after-party avait un peu dégénéré... Et ce matin, ma gueule de bois avait bien du mal à passer. Je m'étais enfilée deux aspirines et je regardais bob l'éponge en attendant que ça passe. J'échappais un soupire en entendant mon portable sonner. C'était mon frère. En général il évitait de m'appeler à cette heure pour ne pas me réveiller. Voir son nom s'afficher sur mon portable me laissait penser que quelque chose important c'était passé. Mais je laissais tout de même sonner le téléphone, amenant lentement une cuillère pleine de chocapic à ma bouche. « Si c'est important, il rappellera, ou passera me voir. » pensais-je. Si ça se trouve ma mère était entrain de mourir à l'instant même ou je mâchais bruyamment mes céréales, et pourtant, tout ce qui m'importait c'était que mon mal de crâne disparaisse enfin. Reposant mon bol sur la table basse, je laissais tomber mes pantoufles sur le tapis, pour étendre mes jambes sur le canapé. A peine levée que déjà j'étais prête à me rendormir devant la télévision. J'étais une vraie larve. Surtout en lendemain de soirée.

Vers onze heure, une explosion dans un film d'action diffusé à la télévision me réveilla. Résignée je me tirais du sofa pour me traîner sous la douche, sans même regarder mon portable qui avait, encore, sonné pendant que je somnolais. L'aspirine faisant enfin son effet, il fallait que j'en profite pour être active, décoller du canapé, me doucher, me maquiller et me changer. Tout ça pour ensuite me recoller devant la tv et attendre le soir (quel programme!).
Une fois mon maquillage fais, je passais à l'étape suivante : s'habiller. C'était ce qui me prenait le plus de temps, puisque je pouvais comater devant mon dressing pendant une demi-heure, juste pour choisir une veste. Aujourd'hui, j'hésitais entre deux robes. Seulement ma réflexion intense fut interrompue par la sonnerie de la porte. J'attrapais donc la première, forcée de faire un choix et l'enfila, avant de me presser d'aller ouvrir, persuadée que mon frère allait se trouver de l'autre coté de la porte. Mettant la main sur la poignet, j'ouvrais tout en lâchant un : « Puisque t'es là, tu pourrais m'aider à.... » Je m'arrêtais net, en croisant le regard noisette de l'homme qui se trouvait sur le pas de ma porte. Ce n'était pas mon frère, non. C'était Dawson. Et dire que j'étais sur le point de lui demander de m'aider avec la fermeture dans le dos de ma robe.... Machinalement je repoussais la porte sur lui, sans dire un mot, avant de tourner les talons. Tout en m'éloignant vers le salon, j'attrapais maladroitement la fermeture de ma robe, pour la tirer jusqu'à mes omoplates.


_________________
Me and my girls
Nobody knows when we fake it,
you like to watch when we shake it
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: DAWDIE + Legendary Lovers   Lun 15 Juin - 4:09

C'était complètement stupide, je ne savais même pas ce que je faisais là. Avant même que je ne puisse vraiment le réaliser, j'étais sur le seuil de sa porte. Après avoir trouver notre villa vide de LA, la retrouver était la seule chose qui m'avait accaparé l'esprit. Même si je l'avais largué il y a quatre mois, je ne sais pas, j'imaginais que c'était juste une embrouille et qu'elle resterait, qu'elle serait là à mon retour. Comme à chaque fois qu'on se disputait. Or, ce n'était pas le cas. Elle était carrément retournée dans sa ville natale perdue au fin fond de la Louisiane : Belle Fleur.  Enfin, j'étais là à présent. J'avais parcouru je ne sais pas combien de kilomètres pour me retrouver face à cette porte en bois. Je ne savais pas vraiment pourquoi. Savoir pourquoi elle était parti ? En fait, c'était cela peut-être ma question. Ou peut-être était-ce le fait que je refusais qu'elle vive sans moi. Ce qui serait profondément égoïste, je le reconnais. Enfin, je ne voulais plus me poser de questions. Il fallait que je me relax, c'est pourquoi je me fis une petite ligne de coc'. Un sourire ne tarda pas à s'épanouir sur mes lèvres, là j'étais bien. Mon indexe appuya sur la sonnette tendis que ma main droite prit appui sur le chambranle de la porte. Dans ma plus belle tenue de rocker, la guitare sur le dos, les cheveux ébouriffés, la barbe de deux trois jours, mon regard sombrement mystérieux de drogué ne quittant plus cette porte du regard. La jeune femme finit par apparaître, c'était comme très rapide et très lent à la fois. Distinctement, je voyais ses traîts qui avaient bien plus hanté mes nuits que je ne pourrai l'admettre.


Evidemment, elle tenta de refermer la porte presque automatiquement. Ce qui me sortit immédiatement de ma torpeur, une légère grimace m'échappant. " Come on Nadie ! " grinçais-je entre mes dents tout en bloquant la porte de justesse que je repoussais d'un coup de pied pour entrer chez elle. La brunette entra dans le salon sous mon regard toujours très pénétrant de camé qui remarqua alors sa tenue... La cambrure de son dos dessiné par cette robe moulant parfaitement le dessin de ses courbes... Presque par magnétisme, mon corps s'est orienté vers le sien, rivant mon regard dans le sien bleu gris sublime via le miroir face à nous. Pour je ne sais quelle raison, quand je la voyais, je me sentais terriblement bien, complet. C'était incompréhensible. Sans même m'interroger comment, je me suis retrouvé juste derrière elle. Emprisonnant sévèrement ses poignets dans mes mains dure d'homme, une légère décharge électrique me parcouru en touchant sa peau si douce sous la mienne. J'approchais mes lèvres de son oreille, la rapprochant rudement de moi via nos mains, sans pour autant toucher la peau de son visage, de sa joue, de son oreille. " Laisse moi faire... " murmurai-je en rivant de nouveau mon regard dans le sien, toujours via le miroir. Je parlais de la fermeture éclaire, bien évidemment. Nadie est tellement une femme imprévisible, je pouvais m'attendre à tout, un rejet, une approbation, une crise, ou je ne sais quoi d'autre. Cependant, je ne supportais pas de ressentir cette chose en moi quand je la regardais. Cette pulsion si puissante et intense dont je pensais m'être débarrassé. C'était comme si elle avait un contrôle sur moi. Et c'était ô combien dangereux. Tout le monde sait à quel point je ne supporte pas d'être en posture de soumission. Je suis un dominant, un violent doublé d'un conquérant. C'est peut-être pourquoi j'étais aussi dure. J'avais tendance à perdre le contrôle quand je me trouvais en sa présence. Sans même m'en rendre compte mon regard était passé d'une douce chaleur, à quelque chose de plus sombre, plus violent tendis que je commençais à remonter sa fermeture éclaire, doucement, sans qu'elle ne se coince... Enfin, pour le moment...
avatar
Grand ma'
t'as dans le viseur !

http://komd.forumactif.org/t798-lux-stares-at-selfies-until-they-turn-ugly-i-knew-it http://komd.forumactif.org/t810-lux-i-dont-get-texts-of-good-morning-beautiful-but-i-do-have-a-friend-who-spams-me-snapchats-of-her-dog-to-wake-up-to-so-whos-the-real-winner-here
▸ Moi c'est : Lux mais les plus proches m'appellent : Billy, Rosenbach ou Xul , ils disent que je suis quelqu'un de : chiant, une gamine insupportable, qui passe son temps à emmerder son monde. Sachez que j'ai : 23 ans et que je suis : pas difficile. , d'ailleurs mon coeur est : libre , je suis : célibataire Je réside au : quartier sud, dans un immeuble miteux. et j'occupe mes journées en tant que : revendeuse de weed et livreuse de pizza. ▸ Sur le net on me prénomme : ©smmg , mais mon vrai prénom est : Marie La célébrité sur mon avatar n'est autre que : Selena Gomez, duh ! , je remercie par la même occasion : ©smmg Je suis sur le forum depuis le : 10/03/2015 et j'ai posté(e) un tas de messages : : 409 Mes points scrabble : : 405

Champs Libre :

ABOUT LUX

"when all fades away my home will still be the same."

caractère de merde:
 


Lux est actuellement livreuse de pizza, après s'être faite virée de plusieurs petits boulots. Elle revend de l'herbe, ce qui lui permet d'arrondir ses fins de mois et de payer son loyer. Elle loue un appartement ridicule, dans le quartier Sud de Belle Fleur, dans lequel elle n'a que très peu de meuble. Elle dort d'ailleurs sur le vieux canapé qu'elle a récupéré dans une friperie. Elle consomme principalement du cannabis et du tabac. Elle ne touche pas aux drogues dures et si vous lui demandez pourquoi elle vous dira que c'est simplement parce que c'est trop cher. Son téléphone est un vieux nokia, sur lequel elle joue à snake pendant ses heures de pause. Elle conduit un vieux vespa beige qu'elle a depuis ses 16 ans. Elle se nourrit principalement de nouilles instantanées et est une grande consommatrice de thé. Le seul objet de valeur chez elle est sa télévision, qui est pourtant loin d'être de qualité, sur laquelle elle regarde ses séries préférés ainsi que bon nombre d'émissions de télé-réalités. Elle a un frère aîné, une demi-sœur, plus jeune qu'elle de quelques années, et deux demi-frère cadets qui son jumeaux. Sa mère et son beau père l'on foutu à la porte l'année de ses 21 ans. Ses parents sont d’origine mexicaine et parlaient très souvent en espagnol à la maison. Elle le parle donc couramment. Elle a gardé contacte avec ses amies de lycée et fait régulièrement la fête avec eux. Il lui arrive de voler dans les magasins (principalement de la nourriture et des produits de beauté). Elle c'est d'ailleurs faite prendre à deux reprise.



LUX ET LES GENS

TEDDY la voisine et collègue qu'elle martyrise. + MIRABELLE le plan cul régulier. + NINA la grande sœur de cœur qui la sauve de ses embrouilles. + KERRIE la jalouse. + MAKSIM le flic à qui elle fait les yeux doux pour se sortir de la merde. + KLAUS le drogué qui va lui attirer des ennuies.+ NANA la meuf qui la stalk.



Spoiler:
 



RP TIME

TEDDY + La folle course aux pizzas.
KLAUS + La lune est le soleil des statues.
NINA + A défaut de ne pas avoir d'enfant j'ai tout d'une mère.
NANA + grocery shopping.

.




MessageSujet: Re: DAWDIE + Legendary Lovers   Lun 15 Juin - 22:51

C'était un véritable cauchemar. Je me concentrais sur la fermeture éclaire de ma robe, alors que je pouvais entendre Dawson entrer dans mon appartement. J'avais bien envie de me retourner et de lui foutre une droite, de lui faire mal comme il avait pu me faire mal. Je sentais la colère monter en moi, alors que je mettais enfin la main sur cette foutu fermeture. Je redressais enfin la tête pour tomber nez à nez avec son reflet dans le miroir qui me faisait face. J'étais pétrifiée, le souffle coupé. Il se pencha tout près de moi, trop près, et me murmura de le laisser faire. Je fixais ses yeux sombres dans le miroir, sans savoir si j'étais tétanisée par la peur ou si c'était simplement le choque de le voir ici qui me faisait perdre mes moyens. Je lâchais prise, laissant tomber mes bras le long de mon corps, fixant toujours son reflet, les sourcils légèrement froncés, presque malgré moi. Je le laissais faire et un frisson parcouru mon corps. Dès que la fermeture fut remontée, je fermais les yeux, comme pour sortir de ce mauvais rêve et échappais un soupire. Il m'avait fallu un moment pour me reconstruite, pour sortir la tête de l'eau, pour reprendre goût à la vie. J'avais essayé de l'oublier, puis j'avais fini par comprendre qu'il serait toujours une partie de moi, que je le veuille ou non. Revenir à Belle Fleur avait été un bon moyen de faire machine arrière, de repartir sur de bonne base et de laisser mes vieux démons derrière moi. Je pensais être enfin passé à autre chose, j'arrivais à voir sa tronche de drogué à la télévision sans faire de crise de panique, et sans lancer la télécommande sur mon écran plat. Et voilà que, de la même façon qu'il avait détruit ma carrière, il venait détruire tout les efforts que j'avais fais pour l'enterrer. En un regard il ravageait tout sur son passage et emportait mon cœur avec lui. « Dégage. » Lâchais-je froidement, les yeux toujours fermés, comme pour éviter de croiser les siens et de me jeter dans ses bras. Je tournais les talons, rouvrant enfin les yeux pour mieux le pousser de toute mes forces vers la sortie. Je prenais une grande inspiration avant d'ajouter : « T'as rien à faire ici. J'veux ni te voir, ni t'entendre. » J'évitais son regard, j'étais trop faible, et en cet instant je me détestais presque autant que je le détestais. Il m'avait pourri la vie et j'étais là, à ne pas fermer la porte à clef, à le repousser vers la sortie sans vraiment l'y forcer.... Au fond même mes gestes me trahissaient. Je ne voulais pas le voir, mais je ne voulais pas non plus qu'il reparte. Je ne voulais pas l'entendre, et pourtant je mourrais d'envie de connaître la raison de sa venue à Belle Fleur.


_________________
Me and my girls
Nobody knows when we fake it,
you like to watch when we shake it
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: DAWDIE + Legendary Lovers   Mar 16 Juin - 17:15

Cette femme me rendait tout simplement hors de contrôle, presque bestial et extrêmement violent dans toutes les nuances du sentiment qui semblait me parcourir lorsque mes pensées s'orientaient vers sa personne. Quand elle était là, j'arrêtais tout simplement de réfléchir. Seul mon instinct, mon corps et mes pulsions s'exprimaient, particulièrement lorsque son regard rencontrait le mien avec cette intensité à faire perdre les pédales à n'importe quel homme sain d'esprit. C'est d'ailleurs pourquoi je me trouvais juste derrière à elle en cet instant. Mes délicats doigts d'homme mourant d'envie de parcourir d'une caresse habile ses longs bras fin sagement laissé à l'abandon le long de son corps qui m'embarquait dans un autre univers rien qu'à sa vue, cependant, avec fermeté, je tâchais de garder les pieds sur terre et les guidais pour remonter la fermeture éclaire de sa robe qui s'ajustait peu à peu à son corps parfaitement bien dessiné. Je pouvais inspirer doucement son parfum exotique et enivrant dans ses cheveux si sombre, si noir... A ce moment-là, je voulais simplement la retourner face à moi et l'embrasser avec force pour lui rappeler qui nous étions. Mon regard se fit intense dans le sien à cet instant. Car à présent que j'étais près d'elle, j'en éprouvais comme un besoin. C'était comme une chimie. Près du sien, mon corps se transformait en brasier ardent... Sauf qu'une fois que j'eu finit de remonter sa fermeture dans la cambrure de son dos d'albatre, elle me lança ce regard, c'était comme si je pouvais lire à travers... Puis elle m'intima de sortir. Non. Je ne voulais pas.


Elle m'ordonnait de dégager, mais son ton m'implorait de rester, je le sentais, elle ne pouvait pas me mentir. De même lorsqu'elle me poussait, elle y mettait une force si contradictoire... comme si elle ne cherchait pas vraiment à me mettre à la porte. Sans parler du fait qu'elle fermait les yeux, elle m'évitait. Je la connaissais. D'un geste dur, je m'échappais à son emprise " Nadie, c'est ridicule, regarde moi. " lui ordonnais-je, en me retenant de m'énerver, profitant de la manoeuvre afin de relever durement son visage vers le mien en déposant mes mains sur ses joues, je voulais le voir dans ces yeux. Je voulais voir si elle pensait véritablement ce qu'elle venait de me lancer à la figure.

Intimement, j'étais convaincue qu'elle ne souhaitait pas vraiment que je parte. Cela ne pouvait pas être possible... Je refusais simplement cette idée. Elle m'affirma alors qu'elle ne voulait ni me voir, ni m'entendre. Les mots furent comme des lames plantés dans ce coeur que je pensais inexistant, ce qui exacerba l'agacement qui règnait en maître dans chaque cellule de mon corps bouillant d'une puissance innommable à cet instant. Et pendant de longues secondes, on pouvait lire une colère effroyable dans la prunelle si sombre de mon regard. J'inspirai doucement... Comment pouvait-elle seulement avoir cette puissance d'impact sur ma personne ? C'était ... intolérable... Personne ne devait avoir ce pouvoir... Et pourquoi est-ce que je voulais être auprès de la seule femme capable de me faire souffrir ? C'était masochiste... Pourtant, je ne pouvais toujours pas la laisser partir. C'était hors de question...

J'avais remarqué que son regard se dérobait toujours au mien " Tu ne penses pas ce que tu dis..." énonçais-je, la mâchoire contractée, sans vouloir croire ce qu'elle venait de dire. Et avant que je ne puisse ajouter quoique ce soit, je me trouvais de nouveau sur le seuil de sa porte, celle-ci semblant être un mur immense entre nous. De rage, je tapais du poing dessus, sans me soucier que cela puisse me faire mal. De toute façon, je souffrais déjà... J'étais torturé, un artiste dans l'âme que voulez-vous... Je déposais ensuite ma main à plat sur le bois froid et impénétrable, en baissant la tête. Je n'avais pas fait tout ce chemin pour rien... Surement pas! Du pied, je tapais dans la porte, celle-ci s'ouvrit sous la puissance du choc, et du au fait qu'elle n'était pas " complètement " fermée. Mes sourcils se froncèrent imperceptiblement, comprenant rapidement une certaine chose tendis que la porte s'ouvrait sous une lueur de compréhension dans mon regard. Elle était là face à moi. Mon regard ne voulait pas quitter le sien.

Doucement, précautionneusement, je fis un pas dans sa direction, puis un autre... Un silence s'installant... long, intense. " Tu n'a pas fermé à clef Nadie... " énonçais-je en impliquant tellement plus dans mes paroles que ce qu'il semblait. Puis sans qu'elle ne puisse réfléchir, je la poussais vivement contre le mur sans la quitter de mon regard brûlant. L'embrassant alors avec cette violente passion qui me caractérisait et qu'elle m'inspirait, mes mains descendant fiévreusement le long de son corps qui m'avait tant manqué, passant sous sa robe, que j'avais la terrible envie d'arracher. Je voulais toucher chaque parcelle de son corps délicieux qui me rendait ivre d'un désir trop longtemps contenu. Je voulais tout goûter d'elle, la sentir pleinement contre moi, avec moi. C'était comme si j'en étais insatiable et elle pouvait le sentir tendis que ma langue appelait avec cette passion sauvage, pleine d'expertise, la sienne... Je voulais qu'elle y réponde. Je voulais croire que pour une fois, j'avais pas complètement tout foutu en l'air. Je glissais alors mes lèvres à son oreille, mes poings se serrant durement sur le mur, sous la rage noir qui m'habitait, encadrant son visage " Je ne veux pas que tu quittes ma vie Nadie... Et je serais prêt à tout pour te faire revenir. " avouais-je dans un murmure plein de fureur, à son oreille. C'était incroyablement difficile d'avouer cela. Cependant, la situation m'y aidait.

C'est maintenant que je me trouvais face à elle, et que les battements de mon coeur devenaient incontrôlables, que je réalisais à quel point elle comptait pour moi. Je plongeais mon regard d'une intelligence si intense dans le sien d'un bleu gris qui me faisait un effet inégalable. Mon coeur rata un battement...  Comment est-ce que je pouvais ressentir les choses avec une telle intensité lorsqu'elle était dans les parages ? C'était ... fou, démesuré... Et d'une attirance absolument addictive et exaltante à la fois. Contre le mur, je tendis mes bras, comme pour essayer de m'éloigner d'elle et de reprendre un peu mes esprits, mais sans en être vraiment capable. Mon regard toujours vrillé dans le sien avec cette même envie... " Est-ce que tu veux vraiment qu'on se prenne la tête pour des conneries ? " entamais-je dans un souffle chaud, bas... mon regard s'alignant soigneusement au sien. Mes lèvres retrouvant les siennes pour l'aider à répondre... tendis que mon corps se déposa délicatement, mais sensiblement sur le sien " Ou est-ce qu'on peut tout simplement profiter de nous retrouver ?" sussurais-je, après l'avoir embrassé plus doucement, tentateur, avec une intensité rare, je passais une de mes mains dans ses cheveux que je caressais doucement, avant de la glisser dans sa nuque chaude... " Je veux te retrouver Nadie... Je ne veux pas penser au fait que tu ne sois plus là... " enchaînais-je en collant presque mes lèvres à son oreille,  le " j'ai besoin de toi " ne franchissant tout de même pas la barrière de mes lèvres. Ce serait trop, jamais je ne pourrai admettre une telle chose même dans mes combats intérieurs. Mon regard dure ne lâchait pas le sien. J'essayais d'éviter la discussion qu'elle espérait surement avoir.

Elle méritait tellement mieux qu'un gars incapable de lui avouer ce qu'il ressentait. Cependant, j'étais ainsi, je détestais par-dessus tout mettre des mots sur mes émotions, d'autant plus lorsqu'il s'agissait d'elle. Car c'était quelque chose d'encore nouveau pour moi. Mes mains se trouvaient de nouveau de part et d'autre de sa tête, comme une prison. Comme si je l'emprisonnais...  Mais peut-être que c'était ce que je faisais dans le fond ? Cependant, je ne souhaitais pour rien au monde qu'elle trouve la liberté ailleurs que dans mes bras.
avatar
Grand ma'
t'as dans le viseur !

http://komd.forumactif.org/t798-lux-stares-at-selfies-until-they-turn-ugly-i-knew-it http://komd.forumactif.org/t810-lux-i-dont-get-texts-of-good-morning-beautiful-but-i-do-have-a-friend-who-spams-me-snapchats-of-her-dog-to-wake-up-to-so-whos-the-real-winner-here
▸ Moi c'est : Lux mais les plus proches m'appellent : Billy, Rosenbach ou Xul , ils disent que je suis quelqu'un de : chiant, une gamine insupportable, qui passe son temps à emmerder son monde. Sachez que j'ai : 23 ans et que je suis : pas difficile. , d'ailleurs mon coeur est : libre , je suis : célibataire Je réside au : quartier sud, dans un immeuble miteux. et j'occupe mes journées en tant que : revendeuse de weed et livreuse de pizza. ▸ Sur le net on me prénomme : ©smmg , mais mon vrai prénom est : Marie La célébrité sur mon avatar n'est autre que : Selena Gomez, duh ! , je remercie par la même occasion : ©smmg Je suis sur le forum depuis le : 10/03/2015 et j'ai posté(e) un tas de messages : : 409 Mes points scrabble : : 405

Champs Libre :

ABOUT LUX

"when all fades away my home will still be the same."

caractère de merde:
 


Lux est actuellement livreuse de pizza, après s'être faite virée de plusieurs petits boulots. Elle revend de l'herbe, ce qui lui permet d'arrondir ses fins de mois et de payer son loyer. Elle loue un appartement ridicule, dans le quartier Sud de Belle Fleur, dans lequel elle n'a que très peu de meuble. Elle dort d'ailleurs sur le vieux canapé qu'elle a récupéré dans une friperie. Elle consomme principalement du cannabis et du tabac. Elle ne touche pas aux drogues dures et si vous lui demandez pourquoi elle vous dira que c'est simplement parce que c'est trop cher. Son téléphone est un vieux nokia, sur lequel elle joue à snake pendant ses heures de pause. Elle conduit un vieux vespa beige qu'elle a depuis ses 16 ans. Elle se nourrit principalement de nouilles instantanées et est une grande consommatrice de thé. Le seul objet de valeur chez elle est sa télévision, qui est pourtant loin d'être de qualité, sur laquelle elle regarde ses séries préférés ainsi que bon nombre d'émissions de télé-réalités. Elle a un frère aîné, une demi-sœur, plus jeune qu'elle de quelques années, et deux demi-frère cadets qui son jumeaux. Sa mère et son beau père l'on foutu à la porte l'année de ses 21 ans. Ses parents sont d’origine mexicaine et parlaient très souvent en espagnol à la maison. Elle le parle donc couramment. Elle a gardé contacte avec ses amies de lycée et fait régulièrement la fête avec eux. Il lui arrive de voler dans les magasins (principalement de la nourriture et des produits de beauté). Elle c'est d'ailleurs faite prendre à deux reprise.



LUX ET LES GENS

TEDDY la voisine et collègue qu'elle martyrise. + MIRABELLE le plan cul régulier. + NINA la grande sœur de cœur qui la sauve de ses embrouilles. + KERRIE la jalouse. + MAKSIM le flic à qui elle fait les yeux doux pour se sortir de la merde. + KLAUS le drogué qui va lui attirer des ennuies.+ NANA la meuf qui la stalk.



Spoiler:
 



RP TIME

TEDDY + La folle course aux pizzas.
KLAUS + La lune est le soleil des statues.
NINA + A défaut de ne pas avoir d'enfant j'ai tout d'une mère.
NANA + grocery shopping.

.




MessageSujet: Re: DAWDIE + Legendary Lovers   Mar 16 Juin - 19:14

Je lui avais demandé de partir mais il n'en fit rien. Il lisait entre les lignes, il me connaissait par cœur et ça me rendait folle. Je pensais que le mot ''dégage'' parlait de lui même, mais j'avais visiblement eu tord puisque monsieur McAllister était toujours là et ce malgré que je l'ai poussé vers la sortie. Il me forçait à le regarder, mettant ses mains rugueuses sur mes joues poudrés. Je m’efforçais tout de même d'éviter ses prunelles brunes, de peur d'y perdre pieds.
Ma dernière remarque eu un peu plus d'effet que la première et l'espace d'un instant je cru pouvoir respirer de nouveau en le voyant partir. Mais une fois de plus, je m'étais fait des idées. Il était toujours là, repoussant la porte violemment, les yeux brillants comme s'il venait d'avoir une illumination... ou était-ce simplement l'effet d'une autre drogue dure qu'il avait du prendre avant de venir me harceler. Je passais nerveusement une main dans mes cheveux alors qu'il venait de nouveau se planter devant moi, me lâchant l'une de ces phrases, limite poétique, dont il avait le secret. Je n’eus pas le temps déchaper un soupire d’agacement, que je me retrouvais déjà contre le mur le plus proche, rendu muette par un baiser dès plus passionnel. Je voulais le repousser, j'en mourrais d'envie et pourtant, j'étais là, le laissant m'embrasser comme il l'aurait fait quelques années plus tôt, seulement cette fois-ci c'était contre le mur de mon salon, à Belle Fleur. Il était entrain de tout gâcher. J'étais venue y refaire ma vie, et voilà qu'il venait y planter sa petite graine de destruction. Celle qui allait germer et tout foutre en l'air, aussi bien dans ma nouvelle vie que dans ma tête. J'étais comme une ancienne alcoolique et il était la boisson que l'on me forçait à avaler. Je savais qu'il était mauvais pour moi, je le connaissais par cœur, je savais les effets secondaires qu'aurait son retour dans ma vie et ce baiser... Pourtant sentir ses lèvres sur les miennes me faisait un bien fou. C'était presque comme un soulagement, une délivrance. Je m’efforçais de ne pas répondre à ses avances, de ne pas l'embrasser en retour, de ne pas craquer, tenant bon jusqu'à ce qu'il détache enfin ses lèvres des miennes. Je plongeais malgré moi mes yeux dans le siens, me pinçant les lèvres en l'écoutant me supplier de le reprendre. Je me contentais de secouer doucement la tête, fermant de nouveaux les yeux, espérant que tout ceci ne soit qu'un mauvais rêve. Je repris ma respiration, avant de les rouvrir. Évidemment il était toujours là, n'avait pas bougé et je sentais sa respiration chaude dans mon cou. Il s'éloigna enfin, pas de beaucoup, me bloquant toujours contre le mur, et il lâcha la connerie suivante : « Est-ce que tu veux vraiment qu'on se prenne la tête pour des conneries ? » Il m'embrassa de nouveau, mais cette fois si, je n’eus à aucun moment l'envie de l'embrasser à mon tour. Non. Ça remarque n'avait fait que réveiller ma colère et je la sentais gronder en moi, ne demandant qu'à sortir. Des conneries ? Alors les sentiments que j'avais pour lui et qu'il avait piétiné égoïstement n'étaient que des conneries ? La carrière que j'avais pris des années à construire et qu'il avait réduit à néant d'un revers de main, n'était qu'une connerie aussi ? J'avais envie de lui cracher au visage tant il me dégoûtait en cet instant. Dire que dix secondes plus tôt j'étais sur le point de me laisser tomber dans ses bras.... Il avait réussi à me faire oublier tout ça en quelques mots. Il se collait tout contre moi et je ne pouvais m'empêcher de grimacer. Tout ce qu'il pouvait ajouter n'y changeait rien. Je posais enfin une main sur son torse, le repoussant doucement. « Tu crois qu'il te suffis de revenir ici, de me dire des mots doux pour recoller les morceaux ?» lançais-je sortant enfin de mon mutisme. « Depuis quand on se prend la tête pour ''des conneries'' ?  » Demandais-je sur un ton de reproche. Je passais rapidement sous son bras, m'échappant de son emprise, me reculant de quelques pas avant de poursuivre, haussant de plus en plus la voix : « Tu veux savoir pourquoi on se prend la tête? C'est très simple ! On se prend la tête parce que t'es qu'un connard, égoïste, drogué, infidèle et violent ! » Je me pinçais une nouvelle fois les lèvres, baissant les yeux. On se prenait la tête parce que j'avais été assez naïve pour tomer amoureuse de lui. Parce qu'il détruisait tout ce qu'il touchait et que je n'avais pas fait exception à la règle. « T'as fait une erreur en venant ici. T'aurais dû rester là où t'étais, avec la salope de seize ans qui te servait de copine. » Ajoutais-je, trahis pas ma voix tremblante; alors que je redressais la tête pour le fusiller du regard. Il était partie en tournée, m'avait laissé seule et déprimée après avoir détruit tout ce que j'avais, et n'avais pas hésiter à me donner le coup de grâce en s'affichant au bras d'une gamine. Et maintenant il osait revenir, comme une fleur et me supplier de le prendre, comme si rien ne c'était passé. Comme s'il ne m'avait pas traîner au fond du trou avec lui, comme s'il n'avait jamais lever la main sur moi, comme si je n'avais pas tenter de me suicidé à coup de pilule par sa faute...


_________________
Me and my girls
Nobody knows when we fake it,
you like to watch when we shake it
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: DAWDIE + Legendary Lovers   

 

DAWDIE + Legendary Lovers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» blood bowl legendary edition
» « We used to be lovers, a very long time ago » (Jake)
» Legendary Collection 3 Le Monde de Yugi
» Championnat de Blood Bowl Legendary Edition : le Draft
» HERCULES - LEGENDARY JOURNEYS (Toybiz) 1995-1997

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knocking on Mémé's door ::  :: — Les recettes de Grand Ma' :: Version 1.0 :: Archives des RPs :: Belle Fleur Nord-