AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur KOMD
Bonne st valentin à tous !
L'animation débute ici, que le meilleur gagne !
Pas encore inscrit à l'animation ? Viens vite nous rejoindre ici
Une soirée CB est prévue le 20 février à 20h45 !

Partagez | 
 

 #4,rue des Edelweiss - Et dans 150 ans on s'en souviendra pas ♣ Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: #4,rue des Edelweiss - Et dans 150 ans on s'en souviendra pas ♣ Lou   Mer 3 Juin - 20:01


ET DANS 150 ANS ON S'EN SOUVIENDRA PAS..
When I find myself in times of trouble Mother Mary comes to me. Speaking words of wisdom, let it be. And in my hour of darkness, she is standing right in front of me, speaking words of wisdom, let it be. Whisper words of wisdom, let it be. And when the broken hearted people living in the world agree, there will be an answer, let it be. For though they may be parted there is still a chance that they will see. There will be an answer, let it be.

A courir partout elle se demande si elle y arrivera. Sur les fesses de son jogging défraîchit on peut lire "Juicy". Vieux souvenir qui remonte. C'est une adolescente qui l'a acheté, aujourd'hui la femme qui le porte se demande pourquoi elle ne l'a, tout simplement, pas jeté à la poubelle depuis longtemps. Elle passe par la cuisine en quatrième vitesse pour vérifier que le gâteau est toujours là et que les cupcakes qu'elle a préparé avec amour ne sont pas tombé par terre. Elle le sait qu'il n'y aura pas tant de monde que ce qu'elle a invité mais elle était bien obligée. Chacun son tour. Il parait que c'est ces fêtes d'enfants qui créé les souvenirs. Foutaises. Meredith n'est pas dupe, elle sait bien que dans 10 ans les jumeaux auront complètement occulté cette fête de leur mémoires. Ce n'est pas leur faute, ils sont juste trop petits. Elle les regarde avec un regard attendrit et se rend compte de ce avec quoi ils sont en train de jouer « NOOOON! Iris! Lâche ça. » Sa fille la regarde l'air choqué et Meredith se demande si un bébé peut vraiment être choqué. Paul répète après elle « Lâche ça. » puis il tape la main de sa sœur qui finit par lâcher la pâte à modeler bleu, qu'elle tenait tout près de sa robe nénuphar vert claire qui la fait ressembler à une Tiana cadavérique. La gamine est surprise mais ne fait que se retourner et met ses points sur ses hanches, lançant un regard assassin à son alligator de frère. D'un revers de manche Meredith s'essuie le front. Catastrophe évitée. Dehors, dans le jardin, le décor sur le thème de la princesse et la grenouille s'étend devant ses yeux et la bibliothécaire se félicite d'avoir réussi cet exploit seule.

Elle enfile sa robe blanche tout en observant, d'un œil méfiant, ses enfants qui se chamaillent gentiment. A la pendule il est quatre heure, elle a tout juste eu le temps de se brosser les cheveux et d'enfiler son body avant qu'elle se rende compte qu'il était déjà presque trop tard pour se changer. A la réflexion, elle est plutôt heureuse d'avoir pris son bain en même temps que les jumeaux. Elle n'aurait décemment pas pu se présenter aux invités le cheveu gras et le visage maculé de farine.

La sonnette retentit alors qu'elle finit de s'habiller et elle enfile ses ballerines en quatrième vitesse avant de prendre ses deux enfants par la main. Elle lisse une dernière fois sa robe avant d'arborer son plus beau sourire et de chatouiller ses enfants pour qu'ils l'imitent puis elle met sa main sur la poignée. La porte s'ouvre sur Louis et elle sourit de plus belle. Elle n'était pas sûre qu'il vienne mais ça lui faire plaisir. Elle sait au moins que lui ne la jugera pas, il l'a déjà prouvé. « Bonjour! Entre.» Elle s'efface pour les laisser passer, lui et Ava. Puis elle ferme la porte et se tourne vers le guéridon pour récupérer les chapeaux en carton qu'elle y a laissé. « Merci d'être venu. »

Dans le feu de l'action elle a juste oublié un minuscule petit détail. La fermeture éclair qui se trouve dans son dos est resté ouverte.

crackle bones
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: #4,rue des Edelweiss - Et dans 150 ans on s'en souviendra pas ♣ Lou   Mer 3 Juin - 23:38



— Allez, on est tout bon. T'es belle, t'es la plus belle mon coeur.
Ava le regarda avec une pointe de mépris, sérieusement, elle en a déjà marre de son père ? Lou sentit l'appréhension l'envahir. Il était nul pour choisir les couleurs, et soudain l'assortiment - pourtant plutôt classique - de la robe à volants blanche, du gilet vert pâle et des babies immaculées lui parut douteux. Mais il était trop tard pour changer. Il emporta sa fille dans ses bras, laquelle tentait vainement de lui opposer une minuscule résistance d'enfant. "Nononononon" fut tout ce qu'elle parvint à miauler. Lou sourit, remit une mèche blonde derrière l'oreille d'Ava, sortit une barrette rose de ses poches - elles étaient remplies de barrettes et de chouchous en tous genres - et fixa la boucle récalcitrante.
— On va chez Meredith. On va chez Mery voir Iris et Paul, parce que c'est leur anniversaire.
Le mot magique fit son petit effet. "Mery, onvachéMery". Louis fit quelques pas pour se retrouver dans la cuisine exigüe et saisit le carton d'invitation. Il avait relu les trois lignes quelques dizaines de fois, mais il ne put s'empêcher de re-vérifier l'heure à laquelle ils étaient censés arriver. 4, rue des Edelweiss, à 16 heures. OK, il est 15h45, on est pile bien, on est pile bien, songea-t-il tandis qu'il boutonnait d'une seule main sa chemise assortie au gilet de sa fille - il n'avait même pas fait exprès. Il sentit sa progéniture s'impatienter, attrapa le doudou rapiécé au passage et claqua la porte de l'appartement miteux. Merde, les cadeaux. Il fit demi-tour en ignorant les protestations d'Ava et saisit le sac en papier qui contenait les précieux présents. Il avait mit dix plombes à choisir dans le magasin de jouets, et avait fini par se ruiner et repartir avec un jeu de petites voitures pour Paul et une poupée La Reine des Neiges pour Iris. Il avait pris la même pour Ava, ce qui avait déclenché un concert de miaulements surexcités une fois à la maison. Il espérait reproduire l'effet avec la fille de Mery.
Sur le trajet dans la vieille Lincoln déglinguée, il repensa avec une sorte de nostalgie confuse à la journée qu'il avait passée avec Meredith et les enfants, quelques jours auparavant, ou étaient-ce quelques semaines ? Tout s'était bien passé, tout avait été comme une sorte de parenthèse idyllique hors du temps, si bien que quand il y repensait, c'était comme un souvenir extrêmement lointain qui lui apparaissait avec la beauté onirique d'un rêve.

Debout devant la porte de la petite maison, il mit quelques instants avant d'enfin poser son index sur la sonnette. En fait, ce fut sous l'impulsion d'Ava, qui, debout à ses côtés - et si petite en vérité, lorsqu'il couvait sur elle un regard bienveillant -, lui tira violemment le bras en s'arc-boutant en arrière pour signifier son prompt mécontentement. Style, qu'est-ce qu'on fout là ? J'ai personnellement une envie folle de m'amuser avec d'autres bambins, alors fais un effort, dad. Il fit l'effort.
La porte s'ouvrit en grand et il esquissa un grand sourire de gamin en réponse à celui de la locataire. Il constata avec un certain désarroi qu'elle lui avait terriblement manqué.
— Salut, Mery.
Faisant passer Ava devant lui, il entra et attrapa de bonne grâce deux chapeaux en papier que lui tendait Meredith. Apparemment, ils étaient les premiers. En riant, il ajusta l'un d'eux sur la tête de sa fille, laquelle poussa un cri d'excitation en voyant le jardin aux couleurs d'un film Disney, lequel, Lou ne sait plus bien, pour lui (c'est un mec, ne l'oublions pas), c'est à chaque fois un peu la même chose, ces décors bariolés aux princesses en manque d'amour. La gamine se jeta vers iris et Paul, et Louis ne put s'empêcher de rire en voyant le déguisement du petit garçon. Il s'agenouilla devant eux et ébouriffa leurs têtes échevelées.
— Bon anniversaire, les jumeaux ! Salut Paul, chouette déguisement. Salut Iris ! Très belle robe. Votre maman a vraiment bossé la décoration.
Mais déjà il sentait que sa présence n'était plus requise au sein du monde des enfants ; Ava le poussait légèrement, il se releva, se retourna vers Mery, et... rougit d'un seul coup. Le dos de sa robe était complètement ouvert sur son soutien-gorge.
— Attends, tu... tu permets ?
Avec une maladresse terrible mais assez touchante, il caressa doucement l'épaule de Mery, laissa glisser ses mains jusqu'au bas de la fermeture de la jolie robe blanche. Et la remonta doucement. Il ne put empêcher le geste de paraître, l'espace de quelques instants, d'une sensualité désarmante.
 

#4,rue des Edelweiss - Et dans 150 ans on s'en souviendra pas ♣ Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelque part, dans un tuyau de poële sous la mer
» Racisme dans WOW
» [RESOLUE]Importer des images dans Little Big Planet
» Le moon est dans Wakfu :p
» [Lego] Besoin d'aide pour se situer dans les nouveautés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knocking on Mémé's door ::  :: — Les recettes de Grand Ma' :: Version 1.0 :: Archives des RPs :: Belle Fleur Ouest-